lundi, septembre 17, 2007

ze Courbet crew...


A la base, j'aime pas trop aller voir les keufs, mais ce matin, j'étais obligé. Au comico du VIIIème, pour la peine, tant qu'à choisir. J'y vais pour refaire mes papiers, paumés depuis je ne sais quand et avoir quand même une chance de partir pour Athènes dans les deux semaines qui viennent. Je vais chez les policiers des riches parce qu'ils sont (un peu) moins casse-brunes quand t'as l'air présentable et qu'ils ne te prennent pas pour un dangereux anarchiste parce que t'es blanc en banlieue. Parce que les anarchistes, ils vont pas traîner chez les riches, ou alors seulement pendant les manifs.

La preuve, c'est que le comico du VIIIème est dans le même bâtiment que le Grand Palais, ce qui suffit d'emblée à classer le machin. Alors qu'à Nanterre ou à Montreuil, rien que de voir où sont les commissariats et dans quel état ils se trouvent, tu comprends presque pourquoi les keufs ils ont envie de taper. Et c'est une charmante demoiselle en tenue qui m'invite à patienter dans un canapé en cuir alors qu'à Nanterre, t'as le banc tout taggué si le stagiaire rouquin boutonneux a la chance de te le proposer.

Pas trop de confidentialité, je me trouve à moins de deux mètres des trois gens qui déposent leurs plaintes. Un Pakistanais qui s'est fait chourer son portable sur les Champs, une gamine qui s'est fait chourer son portable par son mec, et la bête de concours, le mec ultime que tu vois que dans les films. Le mec qui ne lira jamais le Figaro parce que c'est trop à gauche, le gars dont le brushing et la cravate en soie dégueulent le fric, le mépris, et l'assurance.

"- Comprenez-vous, Madame, ces gens ont tracé des signes à la peinture sur tout l'immeuble...
- (...)
- (...) Des graffs, comme vous dites ! Ils appellent ça de l'art, tout le quartier en est souillé...
- Et c'était des lettres ou des dessins ?
- A croire qu'ils ont voulu réaliser, je ne sais moi, une fresque...
- (...)
- Mais oui, je porte plainte, c'est une honte, un scandale ; j'ai essayé au réveil de gratter avec du papier de verre... Et en plus, il y avait des bouteilles de Coca jonchant le sol, et, croyez-moi, j'ai senti, et il n'y avait visiblement pas que du Coca dans ces bouteilles ! Et de l'urine par terre !!! On ne pouvait pouvait même plus sortir de chez soi... De l'art, grand Dieu, de l'art..."

Bon, là, faut quand même dire que je lutte pour ne pas exploser de rire... La jolie fliquette m'appelle et on commence à voir pour mes papiers quand j'entends la péroraison du gars à travers le plexiglas.

" - De l'art.. Et ils nous mettent Courbet au Grand Palais dans un mois. Courbet, une crapule, un vaurien, (un temps, puis, plus fort), un Communard au Grand Palais !!!"

Mais putain de fils de pute, et les rappeurs c'est des sauvages, et Van Gogh et Artaud c'est des oufs, et le blues c'est la musique du Diable, et... Vazy, nique ta mère, même pas envie de m'énerver. Le mépris. (Et Godard c'est un intello maoïste).

Je me retiens de ne pas me lever pour aller lui exposer ma vision du Gustave, des taggueurs et de la Commune face aux flics qui se marrent avec condescendance. Et puis non, je me résigne. Peut-être que je me fais vieux, que j'ai pas envie d'être à la bourre au boulot, pas envie d'être remarqué comme un dangereux anarchiste potentiel, mais j'ai surtout foutrement envie d'avoir mes papiers pour éventuellement être à Athènes dans deux semaines. Une certaine forme de lâcheté. Toutes les mauvaises raisons du monde.

Mais, mon bon Gustave, sois en convaincu, je serai le premier dans la file à venir te rendre hommage au Grand Palais. Et crois bien que les premiers trucs que je cramerai quand viendra ce damné Grand Soir, juste après l'immonde Sacré Coeur, seront la Colonne Vendôme et le comico du VIIIème...


(OST : Gil Scott-Heron - Home is where the hatred is)

5 commentaires:

GrandK a dit…

Sans vouloir faire ma provinciale de base (mais j'en suis fière de ma province bordel!) y'a qu'à la capitale qu'on voit des trucs pareils! :D Il en existe encore des comme lui! bondiou!

Vaut mieux en rire...

Heyy! c'est chouette! tu pars à Athènes! gare à tes poumons la bas... mais j'aimerais y aller un jour... Dire bonjour au centre de l'univers quoi...

ubifaciunt a dit…

beh à vrai dire j'y croyais pas trop, mais si en fait, humpffff...

pas encore gagné pour la Grèce... putain que j'espère, la naissance de la démocratie, de la tragédie, du bordel qui nous fait un peu tou-te-s fil-le-s d'Homère et de Sophocle... rahhhh, j'en frémis à l'avance....

Kill Me Sarah a dit…

Ah Pieces of a man de Gil Scott Heron est un très grand disque.
(et puisque l'on parle de flics, il était en prison il y a encore peu...)

hellohlala a dit…

Finalement la philo c'est Athènes (et tu fermes ta gueule) ou Courbet (à côté de qui tu seras 15 jours à l'ombre), j'avais pas saisi le côté cornélien du texte au départ. Mais ça se tient.

Alerte, Ladanseuse me parle en direct : "Ubimachin, tu peux lui dire que j'ai rapporté du Château-Chalon" de la Reculée de Beaumes-les-Messieurs et du Vin de Paille, et que le Savagnin, bof, pas terrible".
Bon, voilà.

Et moi je dis : "Si tu peux pousser jusqu'à Delphes -ça se fait en bus facile, une journée A-R, n' hésite pas. C'est magique, le 1er stade, le théâtre, l'aurige, la Pythie, etc. Et la VUE !"

ubifaciunt a dit…

@kms : le révolution ne nous fera pas plus beau et ne passera pas sur TF1, entrecoupée de pub avec Bernard Laporte ;-)

@hell : tu diras à ladanseuse que chuis pas assez riche pour me payer du jaune et du vin de paille...

et si jamais Athènes, of course Delphes et Mycènes et le mont Olympe... (sinon le grand Palais, la butte-aux-cailles et Belleville, c'qu'est une peu moins funky quand même...)