lundi, janvier 14, 2008

c'est con, le bonheur...



...qu'il chantait, en substance, le Catalan.

Et c'est surout super hard à (d)écrire.

Enfiler les clichés, les yeux encore dans le flou, les mots qui ne viennent pas, la queue encore dressée, une semaine que je n'ai rien écrit, elle vient de partir.

Ne rien dire, encore moins signifier.

Et, tout au mieux, reprendre les mots de l'autre con. Avec elle, c'est du sérieux.

Ne rien trouver d'autre à dire, alors que le vin et l'absence commencent à me plomber le crâne et que la vodka ne va pas tarder à me faire sombrer dans les ravages de l'oubli.

Dis, quand reviendra-t-elle...

6 commentaires:

peekaboo a dit…

...

ubifaciunt a dit…

!

el rubab a dit…

c'était çà l'atelier sur les hérésies à Saint-Denis ? malin, va ...
"écoute le ney (flûte de roseau) comme il te conte une histoire, de la séparation il se plaint:
Depuis que l'on m'a coupé de la jonchaie, ma plainte fait gémir l'homme et la femme.
Je veux un coeur déchiré par la séparation pour y verser la douleur du désir
Quiconque demeure loin de sa source aspire au moment où il lui sera à nouveau uni (...)"
Rumi (ouverture du Mathnawi)
si tu veux la suite tu sais à qui demander...
heureux pour toi en attendant

ubifaciunt a dit…

putain xé beau, ami Rubab !!!

Raaaah comme ce troisième vers est absolutely perfect...

Merci, du fond du coeur déchiré...



(et n'hésite pas à balancer la suite)

zincognita a dit…

en fait tu mens, t'as pas du tout l'intention d'un radioblog, juste tu t'es recouché.
tsss.
c'est du propre.

ubifaciunt a dit…

que nenni, la preuve, ich bin debout.... (raaaaah, c'est du propre les z'accusations sans preuves....)


tiens tu fais comment toi d'ailleurs avec téléchargement de fichier ? (c'est pile poil un truc dans le genre que je voudrais mettre)