jeudi, octobre 09, 2008

nach Berlin, fuck Berlin, nach Hamburg ! (vol. I)

"Un port du nord, ça plaît, surtout quand on n'y est pas..." (1)

C'est pas trop une maison bleue non plus (2)




Go north. Covoiturage avec un blondinet crâne rasé dans une Audi flambant neuve. L'avantage de la bagnole partagée, c'est que t'es un peu obligé de causer. Au moins au début. Le gars, t-shirt kaki et drapeaux allemands sur l'épaule, nous demande d'où qu'on vient. "De la banlieue de Paris", qu'on lui répond dans la langue de Nietzsche, bikoz' qu'on maîtrise pas trop la langue de Goethe. "Ah, là où les voitures brûlent" qu'il nous répond péremptoire. Du coup, bonnes pâtes qu'on est et pour relancer la conversation qui s'était soudainement arrêté là, on lui demande si y a des banlieues à Berlin (3). Et là, ze réponse qui classe son homme : "Oui, évidemment : Kreuzberg. Que des Turcs. Intégration zéro." Ouch. Je souhaite juste au gaillard d'arriver à Paris par la gare du Nord. Passkeuh si X-berg c'est la zone et l'intégration zéro, le dixième c'est la lie de l'humanité -qui parle même pas français ni allemand, en plus- (4). Et j'te parle même pas de Montreuil ni de Nanterre (pas mes rêves !). Fin du voyage, bizarrement en silence.

Hamburg, faut bien le dire, ça claque chanmé sa mère. Le port du nord dans toute sa splendeur de ciel pluvieux et gris, les docks, le hareng, les hôtels sinistres, les mouettes grasses comme le dégazage du dernier supertanker, la Reeperbahn où les putes n'arpentent pas encore le trottoir, la façade des compagnies d'assurance maltaises ou indonésiennes. Sankt Pauli qui traîne sa sale réputation et les fleurs du côté d'Altona.

seagulls.wallpapers.com vous remercie...


Hamburg, la nuit, c'est beau. L'odeur verdâtre des canaux où j'aimerais bien voir remonter des noyés, les souvenirs d'Ostende et d'Amsterdam qui remontent à défaut des noyés, les putes qui ont pris place, le maquereau qui prend place dans l'assiette et celui sur le trottoir qui veille sa marchandise humaine, les lumières rouges des grues de déchargement au loin parce que faut bien continuer le boulot, l'hôtel miteux dans un quartier qui craint où ça doit jouer du surin plus souvent qu'à son tour, la tête de mort de Sankt Pauli flotte à la fenêtre.






Le métro de nuit tel le chat bus dans Totoro. Les lumières de la ville. Le vent froid et salé qui suinte de l'Elbe. Lumières, lumières, lumières ; et encore du vent...







Et boire à la santé des putes de Hambourg ou d'ailleurs avec le Jacques (quelle chanson, quand même...)


(1) : Léo, of course, en réponse au grand Jacques.

(2) : celui qu'a fait la moitié de sa carrière sur les reprises du Georges.

(3) : alors qu'en fait non y en a pas, on l'a vu et on en a déjà discuté avec des gens.

(4) : "et en plus, c'est dégueulasse, y a de plus en plus d'étrangers dans le monde..." qu'il disait Luis Rego.

3 commentaires:

adel a dit…

miam HH (Hamburg). on ne se connait pas mais j'aime bien tes images et tes textes :). Le Jäpa existe toujours ? squatt du 22 wohlwillstr, connu comme le loup blanc, maison du bonheur, dans mes souvenirs.. ouais j'imagine que tu connais.
hamburg ma belle.. il y a veddel aussi, c'est un endroit chouette, lunaire, j'ai habité un peu là bas, ça me manque.
bonne route à toi, bonne photos & Viva Bambule, le rote flora et FSK ! :)
adel

ubifaciunt a dit…

Pas trop vu les squatts hambourgeois (sinon quelques façades et roulottes), trop occuppés à bouffer des matjes avec des bratkartoffen...

Sinon, le prochain billet, c'est Wedel (le port) et pas Veddel...

Désolé ;-)

adel a dit…

bof, veddel de toute façon, personne n'y va jamais, c'est la banlieue pas très glam d'HH, "mais" les gens y sont sympas et y a du bon -excellent- kawa (pas cher) dans les kulturvereins.
Les roulottes, bah ça doit être bambule, ils en ont chié, ils s'etaient fait virer quand l'extreme droite est passée au senat en sept 2001 (1ere fois depuis la WW2 que l'e.d. revenait), avant de se refaire ejecter (le NPD) en 2003 par des elections anticipées, suite à pas mal de manifs (toutes les semaines pendant 2 ans, en gros). Ils avaient eu le temps de fermer Bambule, d'inquieter le rote flora, de faire gravement chier FSK (radio indé) et de privatiser/fermer l'offener kanal (TV libre), entre autres.
bref, bref... bon wedel & bon app :)
adele